Le cas Bubba Watson

Publié le par Golf Fever

Le cas Bubba Watson

Un Américain à Paris
Autant le dire tout de suite, en France on ne garde pas forcément un très bon souvenir de Bubba Watson après sa venue sur le golf national, lors de l’Open de France en 2011. En effet,
après avoir manqué le cut, il avait sévèrement critiqué à peu près tout de son séjour à Paris : l’organisation du tournoi, les spectateurs indisciplinés et même sa visite des monuments de Paris ne lui avait pas convenu : Il n’avait qu’une envie c’était rentrer chez lui en Floride au plus vite et il ne s’en était pas caché. Peu de temps après il avait même dû s’excuser dans la presse pour avoir été un peu trop véhément dans ses propos.
Voilà donc un personnage qui ne gagne pas forcément à être connu, non ?

Le cas Bubba Watson

Un autodidacte surdoué
Pourtant Bubba (Gery en réalité) a un don incroyable : c’est un golfeur autodidacte génial. Sans jamais avoir pris de cours, ni même fait trop de practice, il fait un 18 trous par jour lorsqu’il est chez lui, il est depuis plusieurs années maintenant parmi l'élite du golf mondial, il a même remporté 2 fois Augusta en 3 années d’intervalle, ce qui tient de l'exploit. C’est son père qu’il l’a mis au golf petit, et puis il s’est entrainé tout seul sans jamais avoir eu recours aux conseils d’un pro. Son swing si puissant et souvent précis c’est lui qui l’a élaboré. A 36 ans, avoir accumulé 6 victoires sur le circuit Américain, c’est plutôt pas mal pour un autodidacte ! 
Alors on est prêt à oublier Paris 2011, et à lui proposer de revenir même, et cette fois c'est promis, on essaiera d'être un public bien-élevé!

Allez, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer sa fameuse voiturette de golf aéroglisseur:

Le cas Bubba Watson

Publié dans What Else?

Commenter cet article